• Cette plage est magnifique et l'avantage est qu'elle est déserte


    15 commentaires
  • Photo de la semaine

    Pour la photo de la semaine, je vous emmène faire un tour en vélo

    dans la campagne bretonne

    Photo de la semaine


    12 commentaires
  • La rose du samedi

    Pour Jean Pierre et sa rose

    BOUQUET DE ROSES

    La rose du samedi

     

    La rose du samediNIKA


    6 commentaires
  •  

    lieux historiques de port-louis

    L'histoire du pays de Port-Louis est conditionnée par sa situation naturelle exceptionnelle. C'est sa géographie particulière qui scella le devenir de l'ensemble compris entre le Blavet, à l'ouest, et la rivière d'Étel, à l'est. La presqu'île de Port-Louis est constituée d'un éperon granitique régnant sur une côte sableuse du côté de la mer, vaseuse du côté de la rade. Le piton est difficilement accessible par la mer, rendue périlleuse à marée haute par les rochers à fleur d'eau et à marée basse par les bancs de vase. Ainsi se trouve justifié le vieil adage : « Au hâvre du Blavet, bien fol est qui s'y met ! ».

    Bretagne - Port Louis

    Bretagne - Port Louis

    Bretagne - Port Louis

    Bretagne - Port Louis

     

    Regardez, devant l'ancre de marine, une "goéllane" a niché, je me suis approchée mais pas commode la bestiole

    Bretagne - Port Louis

    Bretagne - Port Louis

     


    16 commentaires
  • La rose du samedi .... le dimanche

    Hier je n'avais pas de connexion

    donc je vous présente ma rose du samedi.... un dimanche

    La rose du samedi .... le dimanche


    10 commentaires
  • Ce matin, promenade dans la campagne bretonne

    unjoli chemin dans la forêt pour arriver à un très beau dolmen

    Bon long week end

    Bon long week end

    Bon long week end

    Bon long week end

    Bon long week end

    Bon long week end


    15 commentaires
  •  

    Bonjour à tous

    Comme vous le savez nous sommes en vacances en Bretagne

    La wifi au camping n'est pas formidable

    je reçois bien vos new, mais quand je veux mettre un commentaire, tout s'efface et rien de pars

    j'espère que vous ne m'en voudrez pas 

    je pense à vous, mais les mystères de l'internet sont incompréhensibles


    21 commentaires
  •  

     

    Depuis le début des vacances, je me suis plongée dans une saga de

    SARAH LARK

    Il y a 3 volumes, j'en suis à la moitié du 3ème

    C'est passionnant, la vie des immigrants anglais et irlandais

    en Nouvelle Zélande

    de 1852 à 1918

    Le pays du nuage blanc

    « Église anglicane de Christchurch (Nouvelle-Zélande) recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d’une réputation irréprochable. »

    Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l’aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gyneira, une aristocrate désargentée promise à l’héritier d’un magnat de la laine. Ni l’une ni l’autre ne connaissent leur futur époux. Une nouvelle vie – pleine d’imprévus – commence pour les deux jeunes femmes, qu’une amitié indéfectible lie désormais…Cette saga portée par un puissant souffle romanesque révèle le talent d’un nouvel auteur, dans la grande tradition de Colleen McCullough et de Tamara McKinley.

    LE CHANT DES ESPRITS

    En 1852, Hélène et Gwyneira ont quitté l’Angleterre pour venir s’installer en Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui, au crépuscule d’une vie mouvementée, les deux pionnières, toujours liées par une amitié indéfectible, s’inquiètent pour leurs petites-filles, Elaine et Kura, deux cousines que tout oppose.

    Belle mais capricieuse, Kura possède une voix magnifique. Portée par la perspective d’une carrière internationale, elle refuse d’assumer son rôle d’héritière de Kiward Station, le domaine familial, pour se consacrer au chant.

    Lorsque Kura rencontre William, le fiancé d’Elaine, ce dernier tombe aussitôt sous le charme de la jeune métisse. Dès lors, le charme couve…

    Deux femmes qui refusent de courber le dos et désirent assouvir leurs rêves, un puissant souffle romanesque… 

    LE CRI DE LA TERRE

    1907. Gloria, l’arrière-petite-fille de Gwyneira, pionnière venue s’installer en Nouvelle-Zélande au milieu du xixe siècle, vit à Kiward Station, la ferme familiale. Son enfance insouciante prend fin à 12 ans lorsque ses parents, qui ne se sont guère occupés d’elle, décident qu’il est temps pour elle de devenir une lady.

    Gloria doit alors renoncer à son île paradisiaque et faire ses adieux à ceux qui l’entourent, en particulier Jack, dont elle est très proche. Destination l’Angleterre et un austère pensionnat. Elle y dépérit. Même la présence de sa cousine Lilian ne parvient pas à la consoler. Son seul rêve : retourner dans son pays, celui du nuage blanc, avec l’espoir secret d’y retrouver Jack…

    Aussi, quand elle découvre que ses parents n’ont pas l’intention qu’elle rentre chez elle, Gloria décide-t-elle de prendre sa vie en main. Sans bien en mesurer tous les dangers, elle échafaude un plan… Comment résister à l’appel de la terre natale ?

     


    10 commentaires
  •  

     

    Pour Jean Pierre la rose du samedi

    La rose du samedi

     

    La rose du samedi


    9 commentaires
  •  


    10 commentaires
  •  


    18 commentaires
  •  

    Une jolie fontaine perdue dans les herbes

    à St Cado (Morbihan)

    (Photo prise ce matin)

    Photo de la semaine


    18 commentaires