• Un livre, un jour...

     

    Un livre, un jour...

     

     

    Depuis le dernier article

    j'ai continué la saga de ELENA FERRANTE

    «Si rien ne pouvait nous sauver, ni l'argent, ni le corps d'un homme, ni même les études, autant tout détruire immédiatement.» Le soir de son mariage, Lila, seize ans, comprend que son mari Stefano l'a trahie en s'associant aux frères Solara, les camorristes qu'elle déteste. De son côté, Elena, la narratrice, poursuit ses études au lycée. Quand l'été arrive, les deux amies partent pour Ischia. L'air de la mer doit aider Lila à prendre des forces afin de donner un fils à Stefano.

     

    «Nous vivons une époque décisive, tout est en train d'exploser. Participe, impose ta présence !» Alors que les événements de 1968 s'annoncent, que les mouvements féministes et protestataires s'organisent, Elena, diplômée de l'École normale supérieure de Pise, se retrouve au premier rang. Elle vient de publier un roman inspiré de ses amours de jeunesse qui rencontre un certain succès tout en faisant scandale. Lila, elle, a quitté son mari Stefano et travaille dur dans une usine où elle subit le harcèlement des hommes et découvre les débuts de la lutte prolétaire. Pour les deux jeunes femmes, comme pour l'Italie, c'est le début d'une période de grands bouleversements

     

    A la fin de Celle qui fuit et celle qui reste, Lila montait son entreprise d'informatique avec Enzo, et Elena réalisait enfin son rêve : aimer Nino et être aimée de lui, quitte à abandonner son mari et à mettre en danger sa carrière d'écrivain. Car elle s'affirme comme une auteure importante et l'écriture l'occupe de plus en plus, au détriment de l'éducation de ses deux filles, Dede et Elsa. L'histoire d'Elena et de Nino est passionnelle, et bientôt Elena vit au gré de ses escapades pour retrouver son amant. Lors d'une visite à Naples, elle apprend que Lila cherche à la voir à tout prix. Après avoir embrassé soixante ans d'histoire des deux femmes, de Naples et de toute l'Italie, la saga se conclut en apothéose. Plus que jamais, dans L'enfant perdue, Elena Ferrante nous livre un monde complet, riche et bouillonnant, à la façon des grands romanciers du XIXe siècle, un monde qu'on n'oublie pas.

     

    Un livre, un jour...

     

     

    Après cette lecture à la suite l'un de l'autre, je suis un peu étourdie

    J'ai adoré ces livres, mais..... il y a des longueurs, surtout sur la politique de l'Italie, trop détaillée et trop violente

     

    Un livre, un jour...

    « La rose du samedi n° 46Petit rappel »

  • Commentaires

    8
    Lundi 5 Mars à 15:42
    Bonjour Anika
    Intéressant ces livres , je note les titres merci.
    Bonne fin de journée.
    Gros bisous
    7
    Dimanche 4 Mars à 21:08
    CathyRose

    Je n'ai pur l'instant lu que le premier, il va quand même falloir que je me mette à la suite ! Oui je confirme, j'aime l'histoire mais il y a quelques longueurs ...
    Belle soirée, bisous !
    Cathy

    6
    Dimanche 4 Mars à 13:12

    hé bien que de livres lus !!! faut que je m'y mette je le dis et le redis sans cesse ! mais je n'y arrive pas,a vant faut que je tricote un snood à mon fils lol.. mais bon ces derniers temps j'étais bien occupée ! ceci étant ces livres, me semblent bien à lire. les longueurs tu zappes, c'est ce que je fais je lis en diagonale lol..

    un bon dimanche à toi ma belle , et un gros bizou flo

    5
    Dimanche 4 Mars à 10:45
    LADY MARIANNE

    ha l'Italie pas toujours cool las  bas --- comme dans beaucoup de pays-
    bonne continuation dans tes lectures-
    bisous-

    4
    Dimanche 4 Mars à 09:39

    Intéressant tout ça ! bonne journée

    3
    Dimanche 4 Mars à 09:12

    Bonjour d’Angers …
    Ah oui ! La politique en Italie ! … Tout un roman et 1000 tomes n'y suffiraient pas ...
    Ce qui  me fait éviter ces livres c'est que l'essentiel tient en 20 pages sur 100 !
    Passe une bonne journée ... Amicalement ... ¢ℓαυ∂є …

    2
    Dimanche 4 Mars à 07:45
    missfujii

    Merci pour ta chronique sur ces livres que je n'ai pas lu

    1
    Dimanche 4 Mars à 06:40

    Il y a quelques fois des détails qui nous font un peu moins aimer ce que nous sommes en train de lire et, en effet, la politique peut en faire partie.

    Dommage ...

    Bon dimanche, doux, mais avec de la pluie.
    Heureusement, un peu de soleil prévu pour cet après-midi.
    Et bonne fête à toutes les mamies !
    Bisoux, chère anika

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :