• Le tableau du samedi

    Pour le défi de Lady Marianne

    Un peintre que j'aime beaucoup

    HENRI de TOULOUSE LAUTREC

    Henri de Toulouse-Lautrec, fils du comte Alphonse de Toulouse-Lautrec-Monfa (1838-1913) et d'Adèle Tapié de Celeyran (1841-1930), est né dans l'une des plus vieilles familles nobles de France, descendant en effet en droite ligne des comtes de Toulouse, qui furent jusqu'au xiiie siècle parmi les plus puissants féodaux du royaume. Cependant, cette branche cadette, malgré son nom illustre, vit comme une famille aisée de la noblesse de province.

    Au xixe siècle, les mariages dans la noblesse se faisaient couramment entre cousins afin d'éviter la division des patrimoines et l'amoindrissement de la fortune. Ce fut le cas des parents d'Henri, Alphonse de Toulouse-Lautrec-Monfa et Adèle Tapié de Celeyran, cousins au premier degré. Ils ont eu deux garçons Henri, l'aîné et, quatre ans plus tard, son frère Richard-Constantin, qui meurt un an après. Henri grandit entre Albi, le château du Bosc (demeure de ses grands-parents et aussi de son enfance) et le château de Celeyran.

    L'incompatibilité d'humeur entre les deux parents entraîne leur séparation et Henri reste sous la garde de sa mère

     

    La Goulue au Moulin Rouge

     

    Portrait de Toulouse Lautrec

    Afficher l'image d'origine

    Le tableau du samedi


    18 commentaires
  •  

    Le tableau de la semaine

    Pour le défi de Lady Marianne

    Un peintre très tourmenté et alcoolique

    le fils de Suzanne Valadon, que je vous ai montré samedi dernier

    MAURICE UTRILLO

    Né un lendemain de Noël, au no 8 rue du Poteau à Montmartre, dans le 18e arrondissement de Paris, Maurice Utrillo est un des rares peintres célèbres de Montmartre qui y soit né. Il est le fils de l'artiste peintre Suzanne Valadon (de son vrai nom Marie Clémentine Valadon) et d'un père inconnu. Ce n'est probablement pas le fils du peintre catalan Miguel Utrillo, un des amants de Suzanne Valadon, qui l'a néanmoins reconnu en 1891 et lui a donné son nom.

    Afficher l'image d'origine 

    Portrait de Maurice Utrillo par sa mère Suzanne Valadon.jpg

    Portrait de Maurice Utrillo fait par sa mère Suzanne Valadon

    Le tableau du samedinika


    9 commentaires
  •  

    La photo de la semaine

    Cette semaine je n'ai pas fait de photo

    mais j'ai fait de la déco pour Noël

    Une couronne faite avec un vieux porte manteau en fer

    et des boules de toutes les couleurs

    La photo de la semaine

    La photo de la semaine


    14 commentaires
  •  

    Le tableau du samedi

    Cette semaine pour le tableau du samedi de Lady marianne

    je voudrai vous parler d'une grande artiste contemporaine

    SUZANNE VALADON

    Suzanne Valadon, pseudonyme de Marie-Clémentine Valadon1, née le 23 septembre 1865 à Bessines-sur-Gartempe (Haute-Vienne) et morte le 7 avril 1938 à Paris, est une artiste peintre française.

    Elle est la mère du peintre Maurice Utrillo.

     

    Fille naturelle d’une blanchisseuse, Suzanne Valadon devient acrobate de cirque en 1880, jusqu’à ce qu’une chute mette fin prématurément à cette activité. Dans le quartier de Montmartre où elle habite avec sa mère, puis avec son fils naturel, le futur peintre Maurice Utrillo, né en 1883, elle a la possibilité de s’initier à l’art.

    Son genre de beauté solide attire le regard des artistes et, devenue leur modèle, elle les observe en posant, et apprend ainsi leurs techniques. Modèle de Pierre Puvis de Chavannes, Pierre-Auguste Renoir, de Henri de Toulouse-Lautrec, elle noue des relations avec certains. Habituée des bars de Montmartre où la bourgeoisie parisienne vient s’encanailler, Toulouse-Lautrec, durant cette période, fait d’elle le portrait intitulé Gueule de bois.

    Edgar Degas (pour qui elle n'a jamais posé, malgré ce que l'on dit souvent), remarquant les lignes vives de ses dessins et de ses peintures, encourage ses efforts. Elle connaît de son vivant le succès et réussit à se mettre à l’abri des difficultés financières de sa jeunesse, pourvoyant aux besoins de son fils, appelé à sa naissance Maurice Valadon, et qui ne prendra que plus tard le nom de famille de Miguel Utrillo, son père présumé.

    Suzanne Valadon peint des natures mortes, des bouquets et des paysages remarquables par la force de leur composition et leurs couleurs vibrantes. Elle est aussi connue pour ses nus. Ses premières expositions au début des années 1890 comportent principalement des portraits, dont celui d’Erik Satie avec qui elle a une relation en 1893. Il lui propose le mariage au matin de leur première nuit. Seule relation intime de celui-ci, elle le laisse, comme il dira, avec « rien, à part une froide solitude qui remplit la tête avec du vide et le cœur avec de la peine.[réf. nécessaire] »

    En 1894, Suzanne Valadon est la première femme admise à la Société nationale des beaux-arts. Perfectionniste, elle peut travailler plusieurs années ses tableaux avant de les exposer.

    Son mariage, en 1896, avec un agent de change, prend fin en 1909, Suzanne quitte son mari pour l'ami de son fils, le peintre André Utter (1886-1948), qu’elle épouse en 19143. Cette union, houleuse, dure près de trente ans. André Utter en Adam et elle-même en Ève figurent sur l’une de ses toiles les plus connues, Adam et Ève. En 1923 elle achète avec Utter le château de Saint-Bernard, au nord de Lyon, pour couper son fils de ses penchants pour l'alcool, Maurice Utrillo peint le château ainsi que l’église ou encore le restaurant du village.

    À la fin de sa vie, Suzanne Valadon se lie d'amitié avec le peintre Gazi le Tatar et, poussée par cette rencontre, se remet à peindre

    Suzanne Valadon - Self-Portrait - Google Art Project.jpg

    Antoportrait de Suzanne Valadon - 1898 -

    Le tableau du samedi


    5 commentaires
  •  

    Le tableau du samedi pour Lady Marianne

    JOHANNES VERMEER

    Johannes ou Jan Van der Meer, dit Vermeer ou Vermeer de Delft, baptisé à Delft le 31 octobre 1632, et inhumé dans cette même ville le 15 décembre 1675, est un peintre baroque néerlandais

     

    Nous sommes allés à Den Haag en Hollande il y a quelques années et nous avons visité le musée

     il y a des oeuvres magnifiques

    Afficher l'image d'origine

    Le plus célèbre : LA JEUNE FILLE A LA PERLE

    dont un film a été tourné en 2003 - Film de Peter Webber

    avec Scarlett Johansson dans le rôle titre

     

    Cropped version of Jan Vermeer van Delft 002.jpg

    Autoportrait de Wermeer 

    1662 - 1675

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  

    24 heures photo

    Photo prise cette semaine dans les rues de Rouen

    Photo de la semaine

    Photo de la semaine


    7 commentaires
  •  

    Défi Khanel

    Pour le mois de décembre

    chez Khanel3

    le défi est  - LES JEUX

    je voudrai vous parler d'un jeu qui se joue en Bretagne mais aussi

    en Mayenne et dans le Maine et  Loire,

    LE PALET

    -=-=-=-=-=-

    Le palet breton se joue en 12 points. Chaque palet placé sur la planche, sans avoir rebondi sur le sol, le plus près du maître fait marquer un point à son équipe. Lorsqu'un joueur place son palet au-dessus du maître, on dit qu'il fait un chapeau et alors le palet se trouvant au-dessus est gagnant s'il y a possibilité de point. Deux joueurs touchant le maître sont mis à égalité et on recommence le lancé. Une partie se joue en général en deux manches gagnantes. Le palet en fonte mesure 56 mm de diamètre. Le joueur se place à 5 m du bord de la planche avec des palets de 120 grammes environ.

    Le palet sur cible ou le palet sur planches à trous sont des variantes

    Résultat de recherche d'images pour "jeu du palet"

     

    Résultat de recherche d'images pour "jeu du palet"

    Défi Khanel


    18 commentaires
  •  Le tableau du samedi de Lady Marianne

    Tableau du samedi

    AUGUSTE RENOIR

    Pierre-Auguste Renoir dit Auguste Renoir, né à Limoges le 25 février 1841 et mort au domaine des Collettes à Cagnes-sur-Mer le 3 décembre 1919, est l'un des plus célèbres peintres français

    -=-=-=-=-=-=-

    Deux tableaux en miroir, conçus en pendants, qui jouent sur une série d'oppositions avec un sens de l'observation sociologique admirable. D'un côté, l'animation enjouée d'une partie de campagne, l'expression fraîche et spontanée d'une grisette fleurie, la complicité détendue de deux partenaires le temps d'une musette. De l'autre, la sophistication précieuse d'un grand bal bourgeois, l'élégance composée d'une jeune fille de bonne famille, l'accord de bon aloi d'un couple de convention.



    Tableau du samediNIKA


    11 commentaires
  •  

    Le tableau du samedi

    Le tableau du samedi pour Marianne

    -=-=-=-=-=-=-

     Gustave Caillebotte (1848-1894)

    Les raboteurs de parquet

    1875

    Huile sur toile

    H. 102 ; L. 146,5 cm

    Le tableau du samedi

    Les raboteurs de parquet 

    Ce tableau constitue une des premières représentations du prolétariat urbain. Si les paysans (Des glaneuses de Millet) ou les ouvriers des campagnes (Casseurs de pierres de Courbet) ont souvent été montrés, les ouvriers de la ville ont très rarement fait l'objet de tableaux. Contrairement à Courbet ou Millet, Caillebotte, bourgeois aisé, n'introduit aucun discours social, moralisateur ou politique dans son oeuvre. L'étude documentaire (gestes, outils, accessoires) le place parmi les réalistes les plus chevronnés.

    Caillebotte a suivi une formation académique auprès de Bonnat, et la perspective accentuée par l'effet de plongée et l'alignement des lames de parquet est conforme à la tradition. L'artiste a dessiné une à une toutes les parties de son tableau, avant de les reporter au carreau sur la toile. Le torse nu des raboteurs est celui de héros antiques. Mais loin de s'enfermer dans ces exercices académiques, Caillebotte en exploite la rigueur afin d'explorer l'univers contemporain de manière inédite.

    Caillebotteautoportrait.jpg

    Autoportrait de Gustave Caillebotte

    Le tableau du samedi


    20 commentaires
  •  

     

    C'est parti pour les marchés de Noël

     

     

    Photo de la semaine

    Photo de la semaine


    18 commentaires
  •  

    Encore du Monet

    J'aime beaucoup ce tableau de MONET

    j'ai mis une reproduction dans mon bureau

     


    12 commentaires
  •  

    24 heures photo de Patricia

    Pour Patricia 

    24 heures photo de Patricia

    Comme tous les ans, mon néflier ploie sous les fruits

    24 heures photo de Patricia

    Le même au printemps

    24 heures photo de Patricia

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique